Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Monde de Djayesse

Le Monde de Djayesse

Un peu de tout : du cinéma (beaucoup), de l'actu (un peu) et toute cette sorte de choses [A bit of everythying: cinema (a lot), news (a little) and all this kind of things]

Publié le par Djayesse
Publié dans : #Cinéma, #William Wellman
Beau Geste (William A. Wellman, 1939)

« Beau geste… gallant gesture »

Il s’agit de la dernière réplique du film de William A. Wellman, prononcée par la tante Pat (Heather Thatcher), après lecture de la lettre posthume de son neveu Michael « Beau » Geste (Gary Cooper).

Cette dernière réplique, difficilement traduisible en français sans être redondant, exprime magnifiquement la conduite de son neveu, mort par devoir et pour l’honneur.

[Je ne raconterai pas de quel geste il s’agit, voyez le film]

 

Les Geste sont frères soudés, indissociables et rêvant d’aventure, imaginant, enfants, n’importe quel jeu en rapport avec cette aventure : bataille navale, Chevaliers de la Table ronde… Le tout impulsé, en général, par leur aîné Beau (Donald O’Connor -14 ans quand le film sort – qui a déjà le regard bleu et espiègle qu’on retrouvera dans Chantons sous la Pluie).
Et même devenus adultes, ils sont toujours inséparables, allant chercher cette aventure, suite à un vol déshonorant, dans la Légion étrangère, en Afrique du Nord.

La majeure partie du film se situe d’ailleurs dans cette région, dans ces forts isolés tenus héroïquement par des hommes en rupture de ban. Ils sont rudes mais loyaux, même quand certains le sont moins que d’autre.

 

Ce film appartient à la multitude de films de troufions, où les simples soldats sont dirigés par un sous-officier (sergent presque tout le temps) autoritaire, brutal et sadique. Un vrai salaud, quoi.
Ici, c’est Brian Donlevy (sergent Markoff) qui s’y colle, la joue balafrée et le regard mauvais. C’est une brute rancunière qui use de sa position pour en faire baver, voire se débarrasser de ses ennemis, mais malgré tout, un grand guerrier, comme le souligne Beau.

Et sa méchanceté va s’épanouir avec la mort de son supérieur, mais sera des courte durée, les Touaregs attaquant, les différences disparaissent. Mais cela ne l’empêche pas de tenir jusqu’au bout ce « sale » rôle avec brio*.

 

Face à la brutalité de Markoff, Beau (pléonasme, quand on parle de Gary Cooper) est un personnage doux mais ferme, et surtout loyal. Loyal au drapeau, et seulement à celui-ci. C’est aussi un homme d’honneur en quête de rédemption – toujours cette même rédemption chère aux américains – et qui la trouvera in fine, comme en témoigne la dernière réplique.

C’est un superbe rôle pour un très grand acteur, et pas seulement par la taille.

 

Il y a dans ce film, un écho de celui de Julien Duvivier : La Bandera. En effet, ici aussi des légionnaires sont encerclés et doivent tenir jusqu’à l’arrivée de secours qui les rejoindront trop tard. La encore, des homes au passé plus ou moins douteux cherchent plus ou moins à se racheter, fuyant surtout un passé déshonorant.

Mais ici, Beau et ses frères (Ray Milland & Robert Preston) ne se cachent pas de la loi : c’est avant tout un rêve d’enfant qu’ils réalisent, jusqu’au bout : du rêve et d’eux-mêmes.


En effet les jeux d’enfants trouvent leur résonance dans la vie d’adultes des trois hommes et ne sont donc pas là par hasard :

  • Beau (Arthur en armure) et ses frères sont chevaliers de la Table ronde. Ils seront des soldats de devoir et d’honneur dans le fort ;
  • La bataille navale** se termine par les funérailles d’un chef viking avec son chien à ses pieds : il en sera de même pour l’un d’entre eux après les combats (je ne vous dis pas lequel, allez y voir !)


Un très beau (évidemment !) film de Wellman***

 

 

* Cette même année, il sera un autre méchant dans Le Brigand bien-aimé de Henry King.

 

** Les combats navals des films de pirates (dans les années 1930, mais aussi après) masquent difficilement que ce sont des maquettes prises en gros plan. Or ici, les jouets des enfants – filmés de la même façon – ont l’air de véritables galions, illustrant (peut-être) la vision enfantine de ce combat naval…

 

*** le troisième avec Gary Cooper (il y en aura un quatrième)

 

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog