Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Monde de Djayesse

Le Monde de Djayesse

Un peu de tout : du cinéma (beaucoup), de l'actu (un peu) et toute cette sorte de choses [A bit of everythying: cinema (a lot), news (a little) and all this kind of things]

Publié le par Djayesse
Publié dans : #Cinéma, #Michael Curtiz, #Pirates
Capitaine Blood (Captain Blood - Michael Curtiz, 1935)

Peter Blood (Errol Flynn) est un médecin irlandais qui voue sa vie à soigner son prochain, quel qu'il soit, sans distinction, qu'elle soit politique ou religieuse. Mais quand son prochain est un rebelle de son roi, évidemment, ça pose problème. Et c'est comme ça que le docteur Blood (étrange nom pour un docteur) est arrêté pour avoir porté assistance aux mutins. Et lui aussi est envoyé en Jamaïque pour y être vendu comme esclave à l'affreux colonel Bishop (Lionel Atwill). C'est sa nièce Arabella (la très belle Olivia de Havilland) - séduite par ce beau gaillard - qui l'achète et va lui assurer une vie un peu plus facile en le recommandant comme médecin auprès du gouverneur. Mais bien entendu, son seul espoir - ainsi que celui de ses compagnons - c'est de s'enfuir. Ils y parviennent en volant un galion espagnol qui avait attaqué l'île. Ils seront désormais des pirates, sans patrie ni attache, éventuellement chassés par le colonel Bishop, frustré de les avoir laissé échapper.

 

Un mois (à peu près) après Les Révoltés du Bounty, produit par la MGM, la Warner Bros sort son film maritime. Mais cette fois, il s'agit d'un film mêlant cape & épée et piraterie. Coup double, et réussi !

Avant, on avait admiré Douglas Fairbanks dans Le Pirate noir d'Albert Parker. Il y a maintenant Errol Flynn ! Lui aussi est un magnifique pirate. Il ne bondit pas aussi bien ni aussi souvent, mais malgré tout, son personnage est tout aussi attachant.
Et puis ce film est l'occasion de découvrir un duo mythique du cinéma : Errol Flynn et Olivia de Havilland. N'oublions pas non plus un autre acteur qui fait un court passage mais qu'on retrouvera en face des deux précédents : Basil Rathbone dans le rôle du pirate Levasseur, et accessoirement déjà un personnage fourbe qui nous offrira un beau duel à l'épée avec Errol Flynn, annonciateur de celui qui les verra s'affronter dans Les Aventures de Robin des Bois du même Michael Curtiz (quelle longue phrase !).

Ce duo fonctionne très bien et leur rencontre dans le film fait écho à leur première véritable rencontre, si on en croit les mémoires d'Errol Flynn (Mes 400 coups / My wicked, wicked Ways, 1959). Allez les lire, vous vous ferez votre idée.

 

En tout cas, voici le retour de la grande aventure. Blood est un capitaine intelligent et charismatique : ses hommes - de joyeux flibustiers - le suivraient au bout du monde, et je crois que les spectateurs aussi ! Il faut dire que question piraterie, on est servi il y a toutes les caractéristiques :

- Un code d'honneur auquel tout le monde doit adhérer et qui punit ceux qui désobéissent (c'est le cas de Levasseur, par exemple) ;

- Un abordage au plus près de l'action, avec montée de hauban, grappins et envolée sur un boute d'un bateau à l'autre ;

- Des batailles navales - avec maquettes visibles, tout de même - de grande intensité.

Du grand spectacle !

Et puis dirigé de main de maître par Curtiz, dont on peut en plus, admirer les célèbres plans où les ombres gigantesques mangent l'écran :

- Quand Peter Blood soigne le rebelle, au moment de son arrestation ;

- Pendant le siège de Port Royal, on aperçoit les soldats espagnols en route vers le pillage en règle de l'île.

 

Il faudra trois ans pour que Curtiz rassemble le trio Flynn-Havilland-Rathbone dans une autre grande aventure : Les Aventures de Robin des Bois. Là encore, il y aura des duels, des batailles, et ça bondira encore plus joyeusement.

Et en plus, ce sera en couleurs !

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog