Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Monde de Djayesse

Le Monde de Djayesse

Un peu de tout : du cinéma (beaucoup), de l'actu (un peu) et toute cette sorte de choses [A bit of everythying: cinema (a lot), news (a little) and all this kind of things]

Publié le par Djayesse
Publié dans : #Cinéma, #Muet, #Comédie, #Georges Méliès
Escamotage d'une Dame au théâtre Robert-Houdin (Georges Méliès, 1896)

Un illusionniste (Georges Méliès) présente son assistante (Jeanne D’Alcy) aux spectateurs et l’installe sur une chaise. Il la recouvre d’une pièce de tissus et quand il la retire la jeune femme a disparu. Il essaie de la faire réapparaître mais n’y arrive pas avant de replacer le tissus : la jeune femme revient. Ils saluent. C’est fini.

Il s’agit ici du premier film de Méliès en tant que tel. En effet, après avoir tourné Sauvetage en Rivière, qui se présente plus comme un documentaire, montré en mai de cette même année, il s’agit ici de la première utilisation (officielle) du trucage dans un film français (1) : Méliès, immobile et exactement au même endroit, va faire arrêter la caméra le temps que la jeune femme s’en aille, laissant la chaise vide. Puis il va la faire repartir, dévoilant la disparition. Il utilisera deux autres fois ce trucage pour mener à bien son expérience « magique ». Mais la nouveauté du film de Méliès tient plus au contexte, et surtout à la précision.

En effet, alors que Clark et Heise s’étaient contentés de substituer un mannequin à Marie Stuart (Robert Thomae), le plaçant à peu près où était la reine, Méliès use d’une précision des plus pertinentes, les différents personnages et accessoires restant exactement à la même place, accentuant l’illusion. Et l’effet est garanti, on a l’impression que le magicien a fait disparaître la femme. Mais là où Méliès va encore plus loin, c’est en introduisant un élément de comique lors de la première tentative de la faire revenir : un squelette apparaît brusquement à la place de la personne espérée.

C’est d’ailleurs cette apparition qui fait out le sel du trucage de Méliès. En effet, le reste du numéro d’illusionnisme est des plus classiques, de la préparation de la scène jusqu’à l’exécution, Méliès nous expose les usages habituels de présentation. Mais c’est quand le squelette apparaît que nous sommes réellement dans le trucage : c’est un élément (presque) incongru qui apparaît, sans artifice (le tissus) et comme venu de nulle part. Ce squelette qui apparaît, c’est le début d’une production prolifique qui perfectionnera ce premier trucage et en amènera d’autres, pour notre plus grand plaisir.

Alors quand vous regardez un film actuel avec effets spéciaux numériques (ou pas) absolument époustouflants (2), pensez à maître Georges qui passa une grande partie de sa vie de réalisateur à en mettre au point le principe !

 

  1. Méliès n’a rien inventé de ce côté-là, c’est Alfred Clark (réalisateur) et William Heise (opérateur) qui avaient eu les premiers l’idée dans L'Exécution de Marie, reine des Écossais (1895).
  2. Bluffants, étonnants, extraordinaires, prodigieux, stupéfiants, fabuleux, fantastiques, inattendus, incroyables, merveilleux, mirifiques, mirobolants, magnifiques, sensationnels, surpenants (etc.).

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog