Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Monde de Djayesse

Le Monde de Djayesse

Un peu de tout : du cinéma (beaucoup), de l'actu (un peu) et toute cette sorte de choses [A bit of everythying: cinema (a lot), news (a little) and all this kind of things]

Publié le par Djayesse
Publié dans : #Cinéma, #David Yates
Les Animaux fantastiques (Fantastic Beasts and where to find them - David Yates, 2016)

Qui ne connaît pas Newt Scamander (Eddie Redmayne) ?

Tout bon élève qui est passé à Hogwarts - ou qui y étudie encore - connaît l'auteur du livre incontournable Vie et Habitat des animaux fantastiques (Fantastic beasts and where to find them), utilisé par tout bon professeur de Soins aux créatures magiques.

Mais malheureusement, aucun de nous n'est étudiant à Hogwarts, ni n'a effectué sa scolarité là-bas... Nous ne sommes que des « Moldus » (Muggles)...

Donc, Newt Scamander.

Il débarque à New York, en 1926, alors que des phénomènes étranges se passent : il semble que des forces occultes sèment le chaos partout où elles passent...

Newt, lui, a une valise. Dans cette valise, des créatures magiques.

Parce que Newt Scamander est un sorcier...

 

Presque dix ont passé depuis le dernier opus de la saga Harry Potter, et il faut l'avouer, l'univers merveilleux imaginé par J. K. Rowling manquait beaucoup à ses lecteurs. Mais depuis que Voldemort est trépassé, il n'y avait plus grand chose à faire.

Alors, comme on fait toujours au cinéma, on va voir dans le passé. On prend un élément de la série (heptalogie ?) et on développe. Comme dans la série de la Guerre des étoiles.

Mais il n'était pas question de reprendre une intrigue à Hogwarts : « déjà vu », comme disent les anglophones. Quel serait l'intérêt de revoir le même genre d'aventures où un personnage découvre cette fameuse école de sorcellerie... ?

De plus, et pour appliquer un précepte indispensable du cinéma : il faut un vrai, un bon gros méchant. Plus il sera réussi, et plus ça marchera. Alors on cherche, et fatalement, on trouve celui qui peut nous amener une autre histoire amenant un déséquilibre - non pas dans la Force, mais dans la Magie ! - Gellert Grindelwald. Il est mentionné dans Harry Potter et les Reliques de la mort (tome 7 de l'épopée), et semble un prédécesseur digne de Voldemort.

C'est donc parti pour une nouvelle série de films, où l'intrigue se situe dans l'entre-deux-guerres.

C'est aussi l'occasion de découvrir de magnifiques créatures échappées de l'imagination de J. K. Rowling, surpassant de loin les quelques hippogriffes et dragons de la série première. La visite de l'intérieur de la valise de Scamander est une véritable féérie. On fait un véritable rêve éveillé. On pense aussi au Bon gros Géant de Spielberg, dans la façon de créer ce rêve. Mais David Yates, lui, nous propose un film beaucoup plus violent, beaucoup plus habité par le Mal que Spielberg.

C'est un déferlement d'images choc dans les rues de New York. Et si les sorciers réparent tous les dégâts, il n'en reste pas moins des images apocalyptiques du New York des Roaring Twenties. Avec, en prime, des références au Volstead Act (amendement interdisant la consommation d'alcool entre 1919 et 1933 aux Etats-Unis) qui montrent que finalement, les sorciers sont des humains comme les autres et que de temps en temps, ils ne rechignent pas à lever le coude si l'occasion se présente (et encore plus si c'est interdit !).

Alors en route vers une nouvelle saga qui devrait nous emmener, si je ne m'abuse (comme dirait le docteur), à la deuxième guerre mondiale et faire apparaître un jeune Albus Dumbledore.

 

A suivre, donc...

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog