Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Monde de Djayesse

Le Monde de Djayesse

Un peu de tout : du cinéma (beaucoup), de l'actu (un peu) et toute cette sorte de choses [A bit of everythying: cinema (a lot), news (a little) and all this kind of things]

Publié le par Djayesse
Publié dans : #Cinéma, #Raymond Bernard, #Guerre

Dès la première séquence, le ton est donné : les soldats bien alignés se transforment en rangées de croix blanches. Il n'y a pas d'espoir possible.

Puis, c'est la guerre. En deux temps.

Dans la première partie de cette guerre, c'est le silence qui domine. Ce grand silence obsédant, angoissant. Ce silence à peine troublé par les (rares) explosions et les coups de pioche.

Mais c'est le silence qui précède la tempête.

Et quelle tempête. C'est l'apocalypse. Le bruit et la fureur. L'assaut. Et les hommes tombent. Dix jours de bataille effrénée. Ca fusille, ça mitraille, ça grenade, ça obuse. Et ça tombe. Inexorablement, les hommes tombent.

« Au secours ! On assassine des hommes ! » s'écrie un mourant.

Mais la guerre continue.Et du bataillon initial, peu seront encore debout à la fin du conflit. Mais sans cesse, la guerre demande son lot de tués.

Et Raymond Bernard résume en quelques plans en surimpression pendant l'agonie de Gilbert :

L'insouciance parisienne et l'argent qui coule à flot - les pièces se transforment en couronnes mortuaires - les couronnes laissent la place aux soldats tués - allemands et français - portant leurs croix de bois, montant vers un hypothétique paradis.

Cette image des soldats morts montant au ciel nous renvoie au répit que vivent les vivants après le premier assaut : ils défilent vers le bas de l'écran pendant que les morts se dirigent vers le haut.

Autre moment parquant : les soldats - et les civils - assistent à un office pendant que les blessés, cachés par une palissade dans une église partagée, sont visités et leurs mutilations exposées aux médecins, le tout accompagné des gémissements de douleur.

Où que l'on regarde, et c'est la force de ce film, la guerre est là.

Un grand film de guerre, mis en scène avec justesse et joué par des acteurs qui ont connu l'enfer des tranchées (Blanchar & Vanel entre autres).

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog