Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Monde de Djayesse

Le Monde de Djayesse

Un peu de tout : du cinéma (beaucoup), de l'actu (un peu) et toute cette sorte de choses [A bit of everythying: cinema (a lot), news (a little) and all this kind of things]

Publié le par Djayesse
Publié dans : #Cinéma, #Richard Marquand, #Starwars
Le Retour du Jedi (Return of the Jedi - Richard Marquand 1983)

Et de trois !

Le triptyque se termine : les différents intrigues se résolvent, mais plus important : l’équilibre revient.
En effet, avec ce film, Richard Marquand termine ce que Lucas a commencé 6 ans plus tôt.

Les personnages ont mûri et se sont assagis : Luke Skywalker (Mark Hamill) n’est plus un jeune homme naïf s’émerveillant des propriétés de la force ; Han Solo (Harrison Ford) a perdu son insouciance et son esprit frondeur ; Leia (Carrie Fisher) ne se contente plus de diriger, elle agit aussi.

Quant aux « méchants » on peut toujours compter sur eux : Vader (David Prowse & la voix de James Earl Jones) est toujours impitoyable, mais des doutes s’insinuent dans son esprit par rapport à son fils ; et l’Empereur (Ian McDiarmid) n’a jamais été aussi malfaisant.

 

Mais… On est déçu. Non pas par l’intrigue, mais plus par son traitement. Et surtout, l’introduction des habitants de la planète Endor – les Ewoks (1) – était-elle vraiment nécessaire ?

Certes on s’amuse de ces personnages qui ne sont ni plus ni moins que des peluches au cerveau limité, et de leur ingéniosité contre les forces de l’Empire, mais on aurait aimé un peu plus de panache pour un dernier épisode qui devait se finir en apothéose. Et l’ajout (en 1997) d’éléments n’apporte finalement rien de plus.

 

Même les scènes de combats spatiaux n’atteignent pas l’intensité des deux autres épisodes. On ne sent pas la même tension ni la même importance des enjeux. C’est comme si le réalisateur avait fait son travail, sans plus. Quant à la dimension mystique de la Force, il n’en est pas vraiment question.
Et les révélations familiales, pour étonnantes qu’elles soient tombent tout de même un peu trop bien : la parenté Luke-Leia-Vader arrive à point nommé mais aurait mérité un traitement plus long, surtout en amont. En effet, on dégage ainsi la jalousie Han/Luke en laissant le terrain libre un peu trop facilement au maraudeur.

Cette parenté assujettit alors un élément qui sera présenté en conclusion de l’Episode III (2005).

Tout cela est bien dommage car le magnifique épisode précédent laissait espérer un final plus flamboyant. Au lieu de cela, on a l’impression d’un travail bâclé qui, même s’il est indispensable à la série, aurait mérité un meilleur traitement.

 

Au lieu de cela, on a toute une collection d’êtres plus étonnants les uns que les autre, surtout dans le palais de Jabba, et avec la disparition de ce dernier suit de peu celle de Boba Fett (Jeremy Bulloch), et annonce la fin du règne de tous les méchants.

C’est aussi la fin de maître Yoda (Frank Oz), mais au bout de 900 ans (2), c’est un petit peu normal…

 

Au final, c’est un film qui déçoit, même s’il met enfin un terme aux exactions de l’Empire et de ses représentants.

Et le plan final qui montre les trois grands Jedis qui ont précédé Luke – Yoda, Obi-Wan Kenobi & Annakin Skywalker – est certainement l’ajout le moins intéressant : c’est Hayden Christensen (Annakin dans les épisodes II et III) qui a été préféré à Sebastian Shaw qui apparaissait lors de la sortie en 1983. Cette substitution, si elle a quelque pertinence, est tout de même peu logique : alors qu’on aperçoit Obi-Wan (Alec Guinness) et Yoda tels qu’ils sont dans les épisodes IV (pour Kenobi) et V (pour les deux), pourquoi ne pas avoir gardé Vader tel qu’il apparaît à la fin du film ?

 

PS : l’épisode aurait dû s’intituler La Revanche du Jedi. Mais c’est bien connu, un Jedi ne se venge pas puisqu’il ne cède pas à la facilité et évite le côté obscure de la Force…

 

  1. Pourtant les studios Disney n’avaient pas encore racheté la franchise…
  2. Encore une fois, le temps est on ne peut plus relatif : qu’est-ce qu’une année dans le monde de Starwars ?
Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog