Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Monde de Djayesse

Le Monde de Djayesse

Un peu de tout : du cinéma (beaucoup), de l'actu (un peu) et toute cette sorte de choses [A bit of everythying: cinema (a lot), news (a little) and all this kind of things]

Publié le par Djayesse
Publié dans : #Cinéma, #Wes Craven, #Horreur
Scream 2 (Wes Craven, 1997)

Un an plus tard.

Le livre de Gale Weathers (Courteney Cox) a été adapté au cinéma : le film Stab, retrace les événements de Scream.

A l’avant-première, des déguisements du tueur sont offerts aux spectateurs.

Mais parmi ces mêmes spectateurs, l’un des couteaux n’est pas en plastique : Maureen Evans (Jada Pinkett) et son ami Phil Stevens (Omar Epps) sont sauvagement tués.

Et Sidney ? Elle va bien. Elle étudie à Windsor, en même temps que Randy (Jamie Kennedy), qui avait survécu au premier film.

La tuerie de Woodsboro semblait être oubliée jusqu’à celle du cinéma.

Et comme en plus, Casey « Cici » Cooper (Sarah Michelle Gellar) est assassinée à son tour (1), il semble que tout recommence.

 

Wes Craven remet le couvert après son brillant premier volet. On retrouve le même ton mélangeant suspense horreur et humour, ainsi que cinéphilie : c’est la matière qu’étudie Randy et Mickey (Timothy Oliphant), aussi amateurs de films d’horreurs l’un comme l’autre.

Encore une fois, donc, un film qui parle de films.

Mais en plus, on a droit à un remake de la séquence d’ouverture de Scream : on y retrouve une jeune femme blonde qui se prépare des popcorns et se fait sauvagement assassiner.

 

Les retours au film précédent sont très nombreux, et pas seulement du fait de la présence de plusieurs acteurs qui y ont participé. Outre le remake, il est fait souvent référence ce qui s’est déjà passé, sans toutefois nous l’asséner, ni gêner la compréhension : nul besoin d’avoir vu le premier, mais on passe alors à côté des clins d’œil inévitables.

Quoi qu’il en soit, Craven connaît son sujet et nous place dès l’ouverture dans une ambiance d’horreur, avec les silences et la musique inquiétante aux bons moments.

Le tueur (ou les ?) est toujours aussi maladroit et doit souvent s’y reprendre à plusieurs fois pour arriver à ses fins, mais une fois que le premier couteau est planté, la victime n’a (presque) plus d’espoir.

Presque ? Oui, encore une fois, Dwight « Dewey » Riley (David Arquette) termine en piteux état (il boite dans cet épisode, qu’en sera-t-il dans le prochain ?), ainsi que sa douce amie Gale Weathers qui prend une balle : rien de bien inquiétant tout de même, elle sera aussi du troisième volet.

Et encore une fois, il semble que Craven s’amuse à citer d’autres films : Psycho et le plan de la pomme de douche, et une discussion entre Randy et Mickey (Timothy Olyphant) à propos des suites de films que Randy trouve toujours inutiles voire mauvaises.

Paradoxal pour un film qui s’intitule Scream « 2 », non ?

 

Bref, Craven est à l’aise et fait ce qu’il sait faire : peur au spectateur. On tremble alors, mais le sourire aux lèvres assez souvent, cette histoire improbable n’ayant d’autre but.

On y retrouve aussi des similitudes pertinentes : deux meurtriers, la voix trafiquée au téléphone, la jeune fille blonde (Sarah Michelle Gellar succède à Drew Barrymore) et la dernière remarque de Cotton Weary (Liev Schreiber) qui renvoie directement (et une deuxième fois) à celle du film précédent.

 

Alors, une suite inutile comme le dirait Randy ? Pas vraiment : elle tient la route mais elle souffre tout de même d’une petite baisse de régime, malgré la présence de Liev Schreiber. En effet, son personnage – au milieu de ces tueries – ne pense qu’à une chose : acquérir une certaine notoriété et surtout se faire beaucoup d’argent !

 

 

PS : à noter la présence de Matthew « Stu » Lillard (2), parmi les invités de la fête… Ainsi que David Warner, méchant patenté du cinéma (Titanic tout juste après Scream 2 aux Etats-Unis), dans un rôle positif, pour une fois.

 

 

  1. Pendant cette scène, on peut apercevoir Nosferatu à la télévision. Normal, c’est Buffy qui est là…
  2. Le Stewart « Stu » Macher du premier opus.

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog