Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Monde de Djayesse

Le Monde de Djayesse

Un peu de tout : du cinéma (beaucoup), de l'actu (un peu) et toute cette sorte de choses [A bit of everythying: cinema (a lot), news (a little) and all this kind of things]

Publié le par Djayesse
Publié dans : #Cinéma, #Muet, #Buster Keaton, #Comédie

Seven chances ! Sept chances. Voici le film 7 (Et tout ça 70 ans avant David Fincher !)

7 chances de gagner 7 millions de dollars en étant marié avant 7 heures !

En effet, James Shannon (Buster Keaton), s’il veut hériter, doit être marié le jour de son vingt-SEPTième anniversaire. Comme c’est aujourd’hui, il doit se presser.

Il commence donc par les femmes de son club qu’il connaît : elles sont 7, il a donc 7 chances d’en trouver une (d’où le titre original).

Mais elles refusent toutes. Il va alors chercher (désespérément) une femme, aidé de ses deux acolytes (T. Roy Barnes & Snitz Edwards). Ces deux derniers passeront une annonce donnant rendez-vous à celle qui veut hériter avec lui.

Et c’est là que le film devient intéressant. Parce que ce ne sont pas seulement quelques femmes qui viennent à l’église, mais une marée féminine. Un véritable tsunami.

Ca dépote. Et toutes leurs victimes sont – bien entendu – des hommes : les travailleurs sont balancés hors de la tranchée qu’ils creusaient ; le conducteur du tramway est éjecté de sa cabine ; le grutier aussi ; les cultures sont réduites à néant. Apocalyptique. Mais tellement réjouissant.

La poursuite finale est dans le plus pur style de Keaton. Ca court, ça bondit, ça dégringole…Avec en prime des rochers qui se mettent à rouler avec une précision d’horloger. Rochers qui permettent aussi de se débarrasser des furies.

Dans ce film, Keaton continue de s’éloigner du burlesque traditionnel : coups de pieds et tartes à la crème ont laissé la place à des situations comiques beaucoup plus subtiles.

Keaton maîtrise son art. Et comme toujours, il ne fait pas semblant. Il ne lésine pas. Ce sera encore mieux (pire ?) dans Le Mécano de la General.

A consommer sans modération.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog