Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Monde de Djayesse

Le Monde de Djayesse

Un peu de tout : du cinéma (beaucoup), de l'actu (un peu) et toute cette sorte de choses [A bit of everythying: cinema (a lot), news (a little) and all this kind of things]

Publié le par Djayesse
Publié dans : #Cinéma, #Muet, #Fritz Lang, #Espionnage

Après Metropolis, que faire ?

Il faut dire que Lang était arrivé à un sommet. C’était difficile de faire mieux, voire impossible.

Et pourtant… Les Espions n’est pas un si petit film que ça.

Nous voici avec un nouvel archétype. Avec ce film, Lang – sur un scénario de sa femme Thea von Harbou – invente le film d’espionnage moderne. Six ans avant Hitchcock, et surtout plus de trente ans avant la série James Bond !!!

En effet, nous sommes en 1927, des secrets sont volés, des gens sont assassinés et un homme est derrière tout ça : Haghi. Cousin de Mabuse, Haghi est Blofeld avant l’heure. Il a une organisation derrière lui. Des agents dans les ambassades, dans les QG militaires, partout. Ses agents sont prêts à tout, hommes ou femmes. Haghi, c’est Rudolf Klein-Rogge, acteur fétiche de Lang, s’il en fut (il s’agit de leur septième collaboration). Il est froid, calculateur, et ses yeux bleu clair renforcent son côté implacable. Comme Mabuse, c’est un adepte du grimage.

En face de lui, le ministre de l’Intérieur et surtout son (meilleur ?) agent : N° 326 (Will Fritsch. Son agent est lui aussi un James Bond avant l’heure : sûr de lui, buveur, et… Charmeur !

Pour tourner ce film Lang s’entoure d’habitués. Outre Klein-Rogge, on retrouve quelques personnalités : Fritz Arno Wagner, qui avait déjà filmé Les 3 Lumières ; Otto Hunte, qui réalise – pour la sixième fois – les décors du film ; Fritz Rasp et son côté sournois ; Heinrich Gotho avec son physique malingre notable, ainsi que Georg John et Theodor Loos qui font une apparition.

Une nouvelle beauté allemande nous est présentée : Gerda Maurus, qui fait ses débuts et que Lang reprendra dans son film suivant La Femme dans la lune.

Film d’espionnage donc, nous y trouvons les ingrédients qui feront le succès des James Bond :

  • Un agent secret sûr de lui ;
  • Un méchant très réussi aux multiples visages, chef d’un réseau international ;
  • Des séductrices ;
  • Des documents dont l’importance permettrait de déclencher la guerre ;
  • Une poursuite en voiture et moto ;
  • Un accident de train ;
  • Un système d’autodestruction ;
  • Un sauvetage de dernière minute.

Que demander de plus ? Rien. Alors, savourons.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog