Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Monde de Djayesse

Le Monde de Djayesse

Un peu de tout : du cinéma (beaucoup), de l'actu (un peu) et toute cette sorte de choses [A bit of everythying: cinema (a lot), news (a little) and all this kind of things]

Publié le par Djayesse
Publié dans : #Cinéma, #Comédie dramatique, #Rob Reiner
Stand by me (Rob Reiner, 1986)

Ray Brower a disparu.

Ray Brower, c'est un jeune garçon de Castle Rock, Oregon.

Alors tout le monde a envie de le retrouver. Ceux qui y arriveront seront des héros, ou du moins c'est ce que pensent Gordie (Wil Wheaton), Chris (River Phœnix), Teddy (Corey Feldman) et Vern (Jerry O'Connell) - quatre amis à la vie à la mort - de 12 ans.

Mais ils ne sont pas les seuls sur le coup : les grands frères ont eu la même idée...

 

Une nouvelle de Stephen King.

Une bande de gamins : un dur, un binoclard, un petit gros et un écrivain. Ca vous rappelle quelque chose ? Sauf que c'était avant Ca. Mais nous avons malgré tout les mêmes éléments. Le surnaturel en moins.

Parce que cette histoire - semi-biographique - est tout à fait normale.  Pas d'intervention extérieure paranormale, pas de ressort extra-ordinaire pour nous faire peur. D'ailleurs, il n'est pas question d'effrayer qui que ce soit. Rob Reiner nous raconte une chronique de fin de l'enfance.

Ces quatre copains vont vivre une expérience qui les transformera, comme dans tout bon conte : à la fin, les héros ne peuvent plus être comme ils étaient. Un changement doit avoir lieu.

Et c'est la découverte de Ray Bower qui sera le déclencheur de cette transformation. Ces quatre enfants ne verront plus la vie de la même façon, même si leur vie ne va pas changer tant que ça. « La ville semblait plus petite » déclare Gordie quand ils rentrent chez eux après cette expérience.

Ce n'est pas la ville qui a rétréci. Ce sont eux qui ont grandi. Ils viennent de quitter l'enfance, et entrent dans l'adolescence.

Nous sommes à la période charnière entre le monde de l'enfance et l'irruption des filles dans la vie des garçons. D'ailleurs, il n'y a aucun rôle féminin d'envergure (mis à part la mère de Gordie, mais c'est tout de même anecdotique). Et Reiner reste à hauteur de vision de cet enfant de 12 ans (Gordie). Même la bande des grands frères (Kiefer Sutherland en tête) est une bande masculine. Les filles n'intéressent pas encore Gordie et ses copains, alors il doit en être de même pour les plus âgés.

Ce passage vers l'adolescence est un véritable parcours initiatique. Le fait d'avoir menti afin de pouvoir entreprendre les recherches en secret est la première étape : ils se retirent du monde connu pour accomplir un exploit. Ensuite, se pose le problème de la survie alimentaire. Ils doivent se nourrir pour survivre à cette expérience (heureusement, ils ont assez pour se payer de quoi manger un peu). Puis vient la nuit. C'est le moment véritable de l'initiation. Tels des écuyers en passe de devenir chevaliers, ils doivent veiller - à tour de rôle - afin de sécuriser leur campement. C'est aussi pendant ce moment de veille que leurs démons ressurgissent : le frère mort (John Cusack) de Gordie, l'épisode de l'argent volé pour Chris.

Puis c'est l'épreuve : celle qui fera d'eux définitivement des hommes. Elle se présente sous la forme d'une étendue d'eau qu'il faut traverser. Sans embarcation.

Cela semble facile à première vue. trop facile, même. Alors on introduit un véritable péril : les sangsues. Et pour que ce soit encore plus une épreuve, il suffit de voir ce qui arrive à Gordie (voyez le film, vous comprendrez)...

Alors quand ils retrouvent Ray, c'est un peu comme s'ils avaient découvert le Graal. Leurs yeux s'ouvrent (surtout pour Gordie, le véritable héros de l'histoire), et on comprend aisément pourquoi le temps de l'enfance - et donc de l'innocence - est terminé.

Ils sont prêts à affronter la vraie vie.

Et donc prêts à mourir...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog