Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Monde de Djayesse

Le Monde de Djayesse

Un peu de tout : du cinéma (beaucoup), de l'actu (un peu) et toute cette sorte de choses [A bit of everythying: cinema (a lot), news (a little) and all this kind of things]

Publié le par Djayesse
Publié dans : #Cinéma, #Cedric Gibbons, #Tarzan
Tarzan et sa Compagne (Tarzan and his Mate - Cedric Gibbons, 1934)

Un an a passé.

Harry Holt (Neil Hamilton) est retourné à son commerce. Il pense toujours à Jane (Maureen O'Sullivan). Cette fois-ci, il accueille son vieil ami Martin Arlington (Paul Cavanagh) afin de partir avec lui récupérer l'ivoire du cimetière des éléphants grâce à Tarzan (Johnny Weissmuller).

On assiste alors au départ d'une nouvelle expédition (avec plus d'hommes, surtout armés). Mais Harry ne compte pas seulement récupérer de l'ivoire. Si Jane pouvait revenir avec lui...

 

Ce deuxième opus, - avec Johnny Weissmuller et Maureen O'Sullivan - est construit comme le premier : même objectif (l'ivoire) ; même genre d'expédition ; même itinéraire ; encre des porteurs qui tombent dans le ravin ; et encore une tribu hostile. Cette fois-ci, ce sont les Mangeurs de Lion. Enfin c'est comme ça que les appelle Tarzan. Et, bien entendu, une nouvelle charge d'animaux.

Ce qui change, c'est le ton utilisé. Ce n'est plus van Dyke, mais Cedric Gibbons, le responsable des décors de la MGM. Il sera par la suite remplacé par Jack Conway (qui n'apparaît pas dans le générique). Cet épisode de Tarzan est plus dur que le précédent. Si Harry Holt a perdu de sa méchanceté - il n'y a pas autant de scène de fouettage des porteurs noirs - son acolyte Arlington est un individu peu recommandable : coureur de jupon invétéré, il ne recule devant rien pour arriver à ses fins : il tente de séduire Jane puis essaie de tuer Tarzan. Rien que ça ! Mais la morale sera sauve, il sera châtié de sa méchanceté.
Puisqu'on parle de morale, je ne peux m'empêcher d'évoquer la séquence de bain qui fut retrouvée et remontée dans la version actuelle : Tarzan et Jane décident d'aller se baigner. Tarzan jette Jane à l'eau mais sa robe se prend aux branches et y reste accrochée. S'ensuit un ballet nautique dans lequel Tarzan se baigne avec une Jane totalement nue* ! Et ça dure, et ça dure !

Bien entendu, cette séquence - qui dormait dans les coffres de la MGM avant d'être (re)découverte - fut censurée et retirée lors de l'application du code Hays. Une autre version avait été filmée avec la jeune femme en costume deux pièces, et encore une autre sans le haut. Il va sans dire que ces deux autres versions connurent le même sort.
A propos du code Hays et de ses conséquences : le costume de Jane - parfois très lâche, ne permettant pas seulement d'imaginer (!) - va considérablement évoluer dans le prochain épisode. Ici, elle porte un deux-pièces plus que suggestif. La prochaine fois, ce sera ce qui ressemble le plus à une robe tout en permettant à Jane de garder son côté sauvageonne.

Pour le reste, Gibbons et Conway déroulent selon le modèle de van Dyke et finalement, peu de surprises. Tarzan acquiert du vocabulaire et ajoute d'autres animaux à son tableau de chasse : un rhinocéros et un crocodile. D'ailleurs, nul ne peut tomber dans une rivière ou essayer de la traverser sans faire venir ces mêmes crocodiles. C'était le cas avec van Dyke, il en va toujours de même ici.

Et Cheeta ? Fidèle à lui-même : un peu d'élément comique, et une aide précieuse pour sauver notre héroïne. Avec en plus, un épisode « familial »...

 

*Ne vous excitez pas trop : ce n'est pas Maureen O'Sullivan qui nage, mais Josephine McKim, une championne de natation américaine, qui comme Johnny Weissmuller a participé aux Jeux Olympiques de 1924 et 1928.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog