Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Monde de Djayesse

Le Monde de Djayesse

Un peu de tout : du cinéma (beaucoup), de l'actu (un peu) et toute cette sorte de choses [A bit of everythying: cinema (a lot), news (a little) and all this kind of things]

Publié le par Djayesse
Publié dans : #Cinéma, #Policier, #Clint Eastwood
L'Epreuve de force (The Gauntlet - Clint Eastwood, 1977)

Ben Shockley (Clint Eastwood) est un policier minable et alcoolique, passant ses nuits à boire et jouer au poker. Bref, un loser de première.

Il est envoyé par son chef, Blakelock (William Prince), convoyer un témoin de rien du tout pour un procès aussi peu important. Bref, tout se déroule entre minables.

Mais ce témoin se révèle être une femme, Gus Mally (Sondra Locke), et pour un témoin de rien du tout qui doit s’exprimer à un tout petit procès, il y a tout de même beaucoup de gens qui ne veulent pas qu’elle y pointe le bout de son nez.

Mais si Shockley est un minable, il est aussi un flic qui « fait le boulot » jusqu’au bout.

Alors on lui prépare une haie d’honneur (1) bien particulière, sur la route du tribunal, avec bien sûr feu roulant (1) à l’arrivée…

 

Clint Eastwood + policier et dans les années 1970s, on pense tout de suite à Harry Callahan, ce flic (trop) efficace autour duquel s’entasse les cadavres des différents truands qu’il rencontre (quand ce ne sont pas ses partenaires).

Sauf que dès la première apparition de Shockley, on comprend rapidement qu’il n’est pas de la même trempe : alors qu’il sort de sa voiture, il casse son flacon de bourbon, signe d’une (très) mauvaise journée à venir.

Et sur ce point, il n’y a aucun doute : les deux jours que dure l’intrigue vont se révéler décisifs et surtout très éprouvant.

 

L’autre différence entre Harry et Ben, c’est l’intelligence. Alors que Harry possède un minimum de jugeote – sinon, il serait mort dès le premier opus – Ben ne voit pas tellement plus loin  que le bout de son nez. C’est Gus qui va se révéler essentielle dans cette drôle de promenade, inversant à plusieurs occasions les rôles établis entre ces deux personnages : c’est Shockley qui doit protéger Mally et non le contraire.

 

Mais si Ben n’est pas obligatoirement une lumière, il a tout de même du panache, et la séquence centrale du film, qui le voit arriver à Phoenix dans un bus à la cabine blindée est la véritable épreuve de force annoncée : c’est bien une haie d’honneur qui l’attend, et surtout une série de fusillades on ne peut plus nourries, redécorant – définitivement – le bus, sans pour autant toucher les pneus ! (2)

Bref, un road movie policier un tantinet différent où le personnage qu’interprète Clint Eastwood n’est pas infaillible – loin de là – et surtout il ne tue directement personne !

Quant aux déplacements – indispensables à tout road movie – il n’y a que le bateau qui n’est pas utilisé, et la poursuite inévitable et spectaculaire se déroule entre Shockley & Mally à moto (empruntée à des Hell’s Angels) et un hélicoptère dont un des occupants leur tire dessus.

Impressionnant.

 

Un mot pour finir à propos de l’affiche. On y voit Clint Eastwood l’arme au poing et Sondra Locke blotti à son côté devant le bus criblé d’impacts de balles. C’est une véritable vision post-apocalyptique – de style Mad Max – qui n’a que peu de rapport avec la réalité de l’intrigue, bien ancrée dans l’époque de la sortie du film.

Il n’empêche, elle a de l’allure.

 

  1. Traductions possibles de « gauntlet », le titre original, qui ne désigne pas seulement un gantelet chevaleresque qu’on peut relever. Ma préférence va tout de même pour le feu, comme l’indique l’affiche originale.
  2. Cette particularité m’a toujours étonné à chaque vision : comment autant de flingues tirant autant de balles peuvent-ils ne pas atteindre les roues et immobiliser le véhicule une bonne fois pour toutes ?
Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog