Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Monde de Djayesse

Le Monde de Djayesse

Un peu de tout : du cinéma (beaucoup), de l'actu (un peu) et toute cette sorte de choses [A bit of everythying: cinema (a lot), news (a little) and all this kind of things]

Publié le par Djayesse
Publié dans : #Cinéma, #Mel Brooks, #Science-Fiction, #Fantastique, #Comédie

Formidable !

Plus de quarante ans après, tout est là :

le docteur Frankenstein (Gene Wilder), la Créature (Peter Boyle), Elizabeth (Madeline Kahn), Igor (prononcer « aï-gor ») le serviteur handicapé (Marty Feldman) et... Frau Blücher (Cloris Leachman + hennissements). Il y a même l'aveugle à la recherche de compagnie (Gene Hackman).

Et puis aussi l'ambiance : le château en haut de la colline, les passages secrets, le laboratoire poussiéreux, et la musique envoutante.

Mais.

Mais c'est Mel Brooks, et nous atteignons un nouveau sommet... De la parodie !

L'intérêt d'une parodie - je l'ai déjà écrit - réside dans le formidable. Il ne faut jamais lésiner sur les moyens. Là encore, c'est réussi.

En un seul film, Mel Brooks reprend Frankenstein et La Fiancée de Frankenstein pour en faire un magnifique feu d'artifice d'humour.

Et il a de l'aide : Gene Wilder (qui a aussi écrit l'histoire), Marty Feldman et ses yeux globuleux, Terri Garr et bien entendu la créature, Peter Boyle.

Et Mel Brooks déroule.

Frederic Frankenstein (prononcer « fronkenstine ») est un descendant du professeur célèbre, surtout pour son expérience prométhéenne. C'est un rationnel qui refuse cette ascendance.

Mais pris par l'ambiance et après avoir lu les notes de son ancêtre, il se prête au jeu et se lance dans la même aventure. Bien entendu, le résultat est le même : il ne fallait pas !

Mais pour notre plaisir, oh que si, il fallait !

Brooks et Wilder ont réussi à garder la trame de base et à l'assaisonner à leur sauce. Les moments forts sont repris : la profanation de sépulture ; le laboratoire où doit apparaître la vie ; la petite fille et les marguerites ; et l'incontournable expédition punitive des villageois en colère.

Mais, bien entendu, rien n'est sérieux. Et c'est tant mieux. On s'amuse de cette parodie tout en appréciant les différentes références cinématographiques : King Kong, Nosferatu, et même Citizen Kane, pour ne citer que ces films...

Tout le monde s'amuse dans ce film, il suffit de voir les chutes pour s'en convaincre. Et le spectateur aussi.

1974 fut année faste pour Brooks qui sortit en outre Le Shérif est en prison, avec le même Gene Wilder.

Alors, ne boudons pas notre plaisir !

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog